Gagner une opération est parfois très long et très compliqué pour les entreprises générales. Une fois, le chantier remporté le plus dur reste à faire. Il faudra le livrer dans le délai, dans le budget et avec le niveau de qualité attendu par le client. Souvent la réussite d’une affaire ne se joue pas à grand chose que cela soit pour des entreprises générales d’envergure ou des plus petites.

Le risque est inhérent à l’activité, les chantiers sont vendus sans en connaître réellement le prix final. Une opération est chiffrée selon les prix du moment de l’appel d’offres en n’étant jamais sûr de la date de démarrage des travaux, tous les prix fluctuent que cela soit les prix des matériaux, mais également de la sous-traitance. Cela dépend de la compétition en phase de consultation et de l’activité. C’est pourquoi pour limiter ces risques de nombreuses entreprises générales essaient d’atteindre les maîtres d’ouvrage avant même le lancement de la consultation afin de réduire au maximum la bagarre et d’avoir un avantage compétitif. Et concernant la sous-traitance, certaines s’essaient même au contrat cadre, ce qui semble ambitieux et dur pour les sous-traitants.

Typiquement, lorsque le chantier est gagné, l’ensemble des entreprises générales doivent rapidement consolider les projections de leurs feuilles de vente. Sachant que la part de sous-traitance est proche des 60 à 70 % de la production, l’objectif numéro 1 est de trouver l’ensemble des partenaires qui l’accompagneront lors du projet.

 

sous-traitant

Des mauvaises surprises sur votre chantier ?

En travaux, des mauvaises surprises se produisent. Heureusement, de nombreux événements sont prévisibles et évitables, grâce à la sélection et à la qualification des sous-traitants. Malheureusement, toutes les entreprises générales ne prennent pas des mesures préventives pour se protéger contre de telles catastrophes. De nombreuses entreprises générales ne prennent pas au sérieux la qualification des sous-traitants.

La phrase la plus courante est : “Nous ne qualifions pas nos sous-traitants, car nous travaillons uniquement avec des personnes que nous connaissons et qui existent depuis longtemps.”
Cela n’a absolument aucun sens. Toutes les grandes entreprises peuvent faire faillite, de l’entreprise générale au sous-traitant. En tant qu’entreprise générale, les sous-traitants sont votre plus grand atout, mais également votre plus grand risque. Dans les bons et les mauvais moments, les sous-traitants cessent leurs activités et font défaut sur les projets. Cela crée d’énormes difficultés pour les entreprises générales. Comprendre et connaître la santé financière de vos sous-traitants est le moyen le plus simple d’éviter que cela se produise sur vos projets.

 


A lire également : Qualifier vos sous-traitants avant de les consulter !


 

Pourquoi les sous-traitants échouent ?

La raison n°1 des faillites des sous-traitants est la trésorerie. C’est rarement une mauvaise affaire. Souvent, ils ont beaucoup de chantiers retardés. Alors qu’est-ce qui se passe ? Voici un parfait exemple de la façon dont un sous-traitant peut rapidement être dépassé et faire faillite. Cela peut arriver rapidement et à n’importe qui (même aux personnes que vous connaissez).

Un sous-traitant prend plusieurs grands projets en vue de développer son activité. Ces projets représentent une partie substantielle de leur portefeuille et nécessitent que le sous-traitant accumule beaucoup de fonds de roulement. Si tout va bien, ils verront leurs profits augmentés et seront en mesure de prendre en charge des projets plus importants à l’avenir.

Malheureusement, le sous-traitant supporte une grande partie des coûts du projet. Ils reçoivent leurs paiements qu’à l’avancement de leurs travaux et, souvent, plus de 60 jours plus tard. Pourtant, les fournisseurs exigent toujours des conditions de paiement à 30 jours et les employés reçoivent leurs paies tous les mois. Ces deux points ont un impact énorme sur le fonds de roulement. Si les projets prennent du retard, le sous-traitant doit supporter des flux de trésorerie négatifs. Leurs dépenses excéderont leurs revenus et, s’ils n’ont pas suffisamment de fonds de roulement, ils cesseront tout simplement d’exister. C’est une chose terrible à voir se produire, mais c’est la réalité de cette industrie.

En tant qu’entreprise générale, c’est l’une des pires choses qui puissent arriver. A la suite de quoi, vous subirez des événements successives qui pourraient vous coûter de l’argent, du temps et affecter votre réputation. Les conséquences sont la perte de temps, le coût de remplacement du sous-traitant, le coût des désordres sur les autres sous-traitants maintenant retardés et le mécontentement des maîtres d’ouvrage. Tous les scénarios peuvent être dévastateurs, même pour les entreprises générales les plus importants.

 


A lire également : 7 raisons d’avoir un logiciel des consultations


 

La solution.

La meilleure façon d’éviter cela dans vos projets est de qualifier les sous-traitants. Malheureusement, la qualification classique est extrêmement chronophage et difficile, car souvent gérée par un autre service que celui qui sélectionne le sous-traitant. Ainsi, chez Notre Chantier, nous proposons une plateforme permettant d’avoir l’ensemble des informations nécessaires avant la sélection d’un sous-traitant afin de la rendre aussi simple que possible.

Notre nouvelle solution est fondamentalement différente de tout ce que vous avez déjà vu auparavant. Elle permet de lancer une consultation de manière intuitive et rapide, mais surtout d’avoir l’ensemble des sous-traitants dans une seule base de données avec des informations nécessaires à la sélection.

 

notre-chantier